vendredi 27 novembre 2015

Très Haut Débit : le FTTDP apporte une nouvelle possibilité

Si vous ne comprenez rien au différentes possibilités qui existent aujourd'hui pour bénéficier du Très Haut Débit (THD) en Fibre Optique (ou pas) à votre domicile, c'est bien normal : la situation est relativement complexe, plutôt opaque, et évolue rapidement. En outre, des enjeux industriels et politiques, le poids des lobbys et l'existence d'un organisme de régulation étatique (l'ARCEP) compliquent bien les choses.

Préambule

J'ai réalisé un premier article qui explique tout ça, et qui propose quelques liens intéressants sur des sites tiers. Lisez le en préambule cet article si vous découvrez le sujet.

Cet court article a pour objet de présenter une nouvelle alternative au FTTH, FTTLA, FTTB : c'est le FTTDP ...

FT quoi ?

FTTDP = Fiber To The Distribution Point, Fibre jusqu'au point de distribution

Cette fois ci, il ne s'agit pas d'une variation de la technologie utilisée pour la boucle locale, c'est à dire pour amener le haut débit au pied de votre immeuble (déploiement horizontal, fibre optique en point à point Free vs fibre optique multi-point Orange, vs câble TV coaxial Numéricable).

Non cette fois ci, il s'agit d'une variation sur le thème : comment distribuer le haut débit depuis le bas de votre immeuble (point de distribution) vers les paliers des appartements, donc sur la distribution verticale qui est réalisée par l'opérateur d'immeuble (rappelons que le raccordement final du palier jusqu'à l'appartement est du ressort de l'opérateur privé que vous aurez retenu individuellement et qui sera en pratique soit l'opérateur d'immeuble, soit un opérateur quelconque qui a relié votre immeuble avec sa boucle locale  - déploiement horizontal - et qui paie une redevance à l'opérateur d'immeuble pour utiliser son réseau dans l'immeuble).

Aujourd'hui, on trouve de la distribution verticale en fibre optique (Free, Orange) et en câble TV coaxial (Numéricable). 

La mise en place de cette distribution a un coût non négligeable et constitue un frein au déploiement du THD. En effet, l'opérateur d'immeuble supporte l'investissement et ne l'amortit que dans la mesure où les différents appartements souscrivent à la THD (auprès de lui directement, ou d'un autre opérateur auquel cas ils touchent une redevance pour l'utilisation de leur installation). Or le taux d'adoption n'est pas si rapide que ça, et encore moins dans les grandes villes où les NRA (concentrateurs téléphoniques) ne sont jamais très loin et permettent des débits honnêtes en xDSL.

En parallèle, les technologies évoluent (G.Fast, nouvelle norme xDSL) et permettent d'obtenir du THD sur la bonne vieille paire cuivrée (le réseau téléphonique commuté de papa et grand papa). Alors, attention bien sur, ces très hauts débits sur paire cuivrée ne peuvent être obtenus que sur de très courtes distances (disons de l'ordre de la centaine de mètres au max) et ne sont donc pas éligible pour amener le THD jusqu'au pied de l'immeuble (les distances à parcourir depuis les NRA - concentrateurs téléphoniques - étant trop longues et dépassant les capacités de la technologie). Néanmoins, ces technologies prennent tout leur sens pour le déploiement vertical qui se fait sur courte distance, avec un avantage énorme : tous les immeubles ont déjà un réseau téléphonique en paire cuivré installé, il n'est plus nécessaire de faire autant de travaux ; l'installation d'un équipement qui fait le "lien" entre l'arrivée de la boucle locale et le réseau en paire de cuivre de l'immeuble suffit.

Alors, cette technologie est émergente et les lourdeurs administratives font qu'on ne va pas la voir tout de suite en France, mais néanmoins c'est une piste prometteuse pour accélérer le déploiement de la THD en France.

Et en prime, cette technologie devrait offrir des débits montants supérieurs à ceux offerts par l'offre Numéricable sur cable coaxial (sachant que Numéricable a un monopole de fait dans de nombreuses villes, son réseau de câble TV étant propriétaire et non dégroupé).