jeudi 3 mars 2016

Choix d'une banque pour Entreprise Individuelle

Ouverture d’un compte pro

Je démarre ma petite entreprise, je n’ai pas encore totalement décidé pour le statut mais ce sera une entreprise individuelle. Bien que  ce ne soit pas systématiquement obligatoire selon le statut retenu, il est très préférable pour des raisons fiscales d’avoir un compte dédié à l’activité qui soit séparé du compte personnel.

Renseignement pris, je peux en théorie ouvrir un compte classique « particulier » et l’utiliser pour la gestion de ma petite entreprise. L’avantage est d’éviter les frais que les banques facturent sur les comptes « professionnels ». En effet, il semble que les banques se goinfrent en frais sur ces comptes et qu’il n’est pas inutile de faire jouer la concurrence et de bien se renseigner. 

Un exemple : les banques prélèvent, sur les comptes pro, une « commission de mouvement ». C’est tout simplement une taxe de la banque dont l’assiette est la somme de vos opérations de payement sur une période. En gros, vous payez des frais de tenue de compte pour leur donner votre argent, vous payez votre moyen de payement pour pouvoir utiliser votre argent, vous payez encore un abonnement internet pour pouvoir encore une fois utiliser votre argent, et en plus ils vous font payer cette taxe quand vous utilisez effectivement votre argent. Et on se demande pourquoi les banquiers ont une réputation d’escrocs ?

Un point d’attention : il semblerait que seuls les comptes « professionnels » (au sens de l’offre spécifique commercialisées par la banque et non de la destination du compte) permettent l’utilisation de solutions logicielles qui permettent de rapprocher automatiquement le journal des dépenses/recettes des relevés de compte. Ce qui est à priori très utile dans le cas d’une simple comptabilité de trésorerie (mais pas pour une EIRL optant pour l’IS qui est soumise à une comptabilité d’engagement). 

Mais ça reste une information à vérifier, et par ailleurs je suis informaticien : certes je ne fais plus de développement au titre de mon activité professionnelle, mais je suis encore parfaitement capable d’écrire un programme pour convertir un export CVS, ou autre tel qu’on le trouve dans toutes les solutions de homebanking, vers un format exploitable (pour peu qu’il soit documenté).

Je fais un tour rapide des offres de quelques banques, histoire de voir où je mets les pieds. L’idée ce n’est pas de m’emmerder pour gratter quelques euros mais bien de m’assurer que je ne fais pas le pigeon de base.

Banques traditionnelles

La banque postale

J’ai ouï dire que la banque postale avait une offre « pro » valable.  Je vais aux renseignements, l’idée est de me constituer une base de comparaison avant de benchmarker l’offre de quelques autres banques.

Comme je suis sympa, j’ai fait un audit de leur page web destinée à la présentation de leur offre. GRATOS ! Je suis sur que des consultants spécialisés « MOA CRM digitale web 3.0 banque de détail <compléter par le terme marketing bidon que vous voulez> » »  demanderaient au moins une brique pour ça ;-)

Prise d’informations sur le site web

Alors, l’offre destinée aux professionnels est un « pack » annoncé à 19 ou 25 Euros HT par mois sur le site Internet, dans la formule la plus basique : pour autant qu’on puisse comprendre ça inclut une carte bancaire basique à débit immédiat (Visa Business), l’accès un site web de homebanking,  une assurance moyens de paiement, et bien entendu un compte bancaire (frais de tenue de compte et forfait inclus de commissions de mouvement).

 Alors déjà, premier doute. L’offre est déclinée selon deux formules « LBP @ccess 24 » et « LBP Net Entreprise » (respectivement 19 et 25 Euros). Et absolument nulle part on ne dispose d’information pour distinguer les deux offres et comprendre la différence de 6 Euros. Mystère et boule de gomme, tout ce que j’ai pu « intuiter » c’est que « LBP Net Entreprise » est une version « étendue » (puisque plus chère) du service de homebanking (car « LBP @ccess 24 » est l’offre de service en ligne).

La description de l’offre est peu détaillée, de mystérieux renvois en bas de page précisent de se rendre à la page n° « tant » pour plus d’infos … où ils ont vu des pages  numérotées sur le web ces buses ? Plus tard, je comprendrais qu’il s’agit de références aux pages de la grille tarifaire mais inutile de dire que sur le site ça n’a absolument aucun sens.

Alléluia, en dessous de 10 000 Euros de paiements par mois, il n’y a pas de commission de mouvements. Comme j’ai mauvais esprit, je traduis ça par «  vous payez un forfait comme si vous dépensiez 10 000 Euros par mois  et si comme moi, vos dépenses sont infiniment moins élevées, vous payez pour rien ».

Continuons. Quand je regarde le tarif unitaire de ces différents services, pris indépendamment du pack, la note n’est plus que de 45 Euros pour la carte, 66 Euros pour l’accès Internet et 62.50 Euros pour l’assurance moyens de paiement. Ce qui nous fait moins de 175 Euros. Alors certes, il doit venir s’ajouter là-dessus les frais de tenue de compte (coût inconnu) et la fameuse « commission de mouvement » (qu’est ce qu’elle peut m’énerver celle là) mais elle est fonction d’un taux dont un petit renvoi en bas de page nous dis qu’il faut aller le chercher dans la rubrique « banque au quotidien », rubrique qui bien sur est inexistante (et c’est pas faute d’avoir cherché). Ils ne nous auraient pas mis un lien vers l’information, ben non faudrait quand même pas être transparent sur les tarifs…

Vu sous cet angle, le « pack pro » semble donc plus cher que les services souscrits individuellement. En outre, il inclut la souscription à une assurance moyens de payements totalement inutile : cette assurance sert principalement à la banque à facturer un service qu’elle est tenue de rendre gratuitement par la loi, et pour le reste elle inclut des services dont je n’ai pas besoin, dont je ne pourrais pas bénéficier, où pour lesquels je suis déjà couvert par ailleurs.

Cependant, en l’absence de données précises sur les commissions de mouvement et les frais de tenue de compte, on ne peut pas encore conclure.

J’appellerais bien le service client pour me renseigner mais le seul moyen de les joindre est un numéro payant. Ils sont suicidaires à la Banque Postale, il faut payer pour se renseigner en vue de souscrire… Ils ne sont pas au courant que c’est la crise et que les gens ne se font plus plumer les yeux fermés ?

Donc on te fait un site web tout pourri avec des tas d’infos manquantes, des renvois vers des pages inexistantes, et on te propose d’appeler un numéro pour te renseigner : payant le numéro. Mouais, je ne suis pas un marketeux mais bon ça ne me semble pas très intelligent comme démarche.

Etape suivante : consultation de la fiche tarifaire

Je ne suis pas un spécialiste de la banque de détail, juste un consommateur peut être un peu plus attentif que la moyenne, mais je me dis qu’il doit forcément exister une fiche tarifaire détaillée , sans doute imposée par un texte de loi quelconque, qui va me permettre de trouver les informations qui me manquent.

Un coup d’œil au menu, on à « tarifs ». Hop je clique, j’arrive sur une nouvelle page et là pas de soucis je trouve tout de suite la fiche tarifaire « professionnels ».

Cool, je trouve mes frais de tenue de compte, je vais peut être pouvoir comparer le coût du pack vs le coût des services souscrits individuellement (et une fois dégagées les options inutiles).

Ici encore je bondis devant une pratique qui relève du hold-up : il y a un montant minimum de commission de mouvement : donc, même si vous ne faîtes aucun paiement, on vous fait payer quand même…  Petit calcul, sur la base de 0.04 %, ce montant minimum de 3.75 Euros mensuel correspond à 112 500 Euros de dépense, un montant totalement irréaliste dans mon cas et probablement pour ce type de compte destiné aux petites entreprises individuelles ; il se rapproche bizarrement des 120 000 Euros inclus dans le pack (10 000 mensuels). Ça pue la bidouille pour renforcer l’intérêt du pack, voire augmenter artificiellement les frais de tenue de compte (qui si ça se trouve sont réglementés…). Si j’envisage d’aller chez eux, ce sera clairement un point de négociation.

Par ailleurs le taux est indiqué avec la mention « à partir de ». Et aucune explication bien entendu, sur ce « à partir de ». J’ai eu beau lire en détail la convention de compte, je n’ai rien trouvé. En gros, c’est l’inconnu… totalement inacceptable (et probablement peu légal).

Toujours rien pour expliquer la différence de tarif  entre les deux formules de service de banque à distance (homebanking). A force de fouiller, je finis cependant par trouver l’explication dans la convention de compte (presque 50 pages de texte écrit en tout petit).

Au chapitre «rapprochement automatique du relevé de compte », j’ai comme un doute. L’offre de base ne semble proposer l’export des relevés qu’au format PDF ; pour pouvoir exporter les relevés dans un format exploitable, il semble qu’il faille déjà être éligible à une option qui implique de passer au forfait à 25 Euros (et non plus à 19 Euros), et en outre l’option en question est facturée à prix d’or et fait carrément exploser la note : abonnement au service de 36 Euros mensuel pour commencer, plus un mystérieux 5 centimes par opération dont on se demande bien ce qu’il cache : ce ne serait tout de même pas 5 centimes par ligne dans le fichier (donc par mouvement sur le compte dans le cas d’un relevé de compte) ?

Heureusement Google existe et il semble bien que l’offre internet de base permette l’export des relevés bancaires  au moins en CSV, le support du format OFX qui a existé à une période semblant avoir été interrompu.

L’option « Business » de la carte Visa coûte 4 Euros par an (la carte sans l’option est disponible à 4 Euros de moins). Pas méchant mais ici encore on nous force la main dans le pack sur une option totalement inutile.

Allez, au chapitre des arnaques, je repère aussi les frais de 1.20 Euros pour l’exécution automatique d’un virement permanent, où le virement manuel est gratuit. Prenons un virement mensuel, multiplions par 12 mois, multiplions par quelques centaines de milliers de client, et rapprochons ça du coût du pauvre batch chargé d’exécuter les ordres … aïe, ça fait trop mal.

Conclusion

Le pack (19 * 12 = 228 Euros) est bien plus cher que les services pris individuellement (2.88 *12 de frais de tenue de compte, 3.75 * 12 de commission de mouvement minimale, 5.20 * 12 d’accès Internet, plus une carte bleue Visa classique à 41 Euros annuels, soit 183 Euros ). Une fois bien sur qu’on a dégagé cette assurance moyen de payement qui est inutile, et sans l’option Business sur la carte Visa aussi inutile. Et encore, sans l’arnaque patente sur le montant minimum de commissions de mouvements l’écart serait encore bien plus grand (en fonction du montant des dépenses engagées chaque année).

Bref, la Banque Postale semble bien nous prendre pour des perdreaux de l’année. Elle n’est sans doute pas pire que les autres, mais c’est elle dont j’ai dépouillée l’offre en premier. Elle va maintenant me servir de témoin pour aller interroger quelques autres banques.

Bon vu le temps que j’y ai passé pour une pauvre économie, ce n’est clairement pas rentable (et encore à condition qu’ils n’imposent pas leur pack pro), et les banques jouent surement là-dessus en complexifiant leur offre. Mais bon, c’est plus fort que moi, je ne supporte pas qu’on me prenne pour un canard sauvage

Je vais examiner rapidement l’offre de quelques concurrents mais je ne m’attends pas à ce que ce soit très différent. Quelques recherches rapides sur Internet semblent montrer que le prix moyen pour un service de base tourne autour de 20 Euros/mois, sauf pour les pigeons.


Banques en ligne

Etant donné que d’un point de vue légal et réglementaire, il n’y a pas d’obligation à ouvrir un compte « pro », je vais tenter ma chance avec les banques en ligne.

Boursorama

Contact pris avec Boursorama (tchat en ligne, aucun frais), il m’est confirmé que si une offre professionnelle a existée dans le passé, ce n’est plus le cas. Exit Boursorama.

FortuneoBanq

Contact par téléphone, numéro gratuit, « désolé on ne prend pas les pros. Si on voit des mouvements liés à une activité professionnelle sur un compte, on le ferme ». Exit FortuneoBanq

IngDirect

Contact par téléphone, numéro gratuit. Long temps d’attente.  « Désolé, nos condition générales interdisent l’activité professionnelle et l’ouverture de compte aux personnes morales ». «  Heu, je suis pas personne morale, je suis en entreprise individuelle », la ligne coupe, problème technique. Bon, je n’insiste pas, exit IngDirect

A ce stade, je m’attends à ce que ce soit pareil pour toutes les banques en ligne (bon, pas une grande surprise) ; le marché des entreprises est trop juteux.

BforBank

Contact par téléphone, numéro gratuit, ça ne  traîne pas, on ne prend pas les pros. Exit bForBanq.

HelloBank

Ce n’était pas mon premier choix mais bon tentons le coup. J’y ai déjà mes comptes personnels, et pas mal de liquidités. Peut être de quoi faire levier ?

Comme souvent, c’est une plaie pour les joindre (côté informatique ce n’est guère mieux avec un site régulièrement en carafe et des dysfonctionnements à peine croyables, heureusement que c’est gratuit… encore que depuis quelques mois ça semble aller mieux).

Mais je tombe sur un conseiller dynamique ; si dans un premier temps j’obtiens la même réponse avec toutefois en plus la proposition de rencontrer quelqu’un en agence, j’arrive à expliquer qu’une offre « pro » est surdimensionnée et qu’en tant que profession libérale non réglementée, j’ai juste besoin d’avoir un compte séparé. Renseignement pris, ce serait peut être possible dans ce contexte, il faut faire la demande par la messagerie interne du site pour contacter les personnes habilitées.

J’ai essayé, j’ai essuyé un refus. J’ai fait part du fait que j’allais devoir retirer mes fonds pour les mettre dans la balance dans la négociation avec une banque qui me ferait une offre intéressante. 

J’attends qu’ils me rappellent pour se mettre à plat ventre, d’habitude ça fonctionne, on verra.

Conclusion

Je sais par des témoignages qu’il y a des indépendants qui sont arrivés à avoir un compte chez IngDirect, et je garde bon espoir d’être accepté chez HelloBank.

Pour autant, c’est du cas par cas, et l’exception plus que la règle ; de façon générale, les banques en ligne ce n’est pas trop jouable.

Autres alternatives

Compte-Nickel

Une alternative que j’ai identifiée, et qui commence à être connue, c’est d’ouvrir un compte sans banque. Oui c’est possible et ça s’appelle Compte-Nickel.  

Le niveau de service est réduit au strict minimum mais ça ne coûte que 20 Euros par an pour une carte Mastercard, auxquels il faut ajouter des frais de 1 Euro par retrait. Allez disons que ça nous mène à 70 Euros par an. 

Par contre, il n’y a pas de chéquier, et on ne peut pas non plus encaisser de chèques. Tout ceci n’est pas très gênant dans mon cas.

J’ai contacté la société par mail et ils n’ont pas de fonction d’export des relevés bancaires (autre que format pdf qui n’est pas exploitable).

Solutions bancaires FIDUCIAL

J’ai connu au travers du forum d’un site d’indépendants (http://www.freelance-info.fr/). Ils proposent un compte courant pro à un tarif plus faible que celui des banques traditionnelles (15 Euros/mois) , et en plus il est rémunéré.

La commission de mouvements est incluse, il y a une CB Visa Business, des services web, et les outils de base (chèques, virements, prélèvements, tenue de compte). Je vais creuser leur offre.

J’ai rempli un formulaire, le lendemain on m’a rappelé pour un rapide échange, ils doivent m’envoyer le détail de leur conditions par mail. Pour le moment j’attends encore... Vu que leur première question était sur le montant de mon capital et que ma réponse n'a pas eu l'air de les emballer et que je ne vois rien venir, j'ai quelques doutes.

Conclusion générale

Trouver une banque n’est pas un chemin tranquille. Chercher la solution la plus intéressante est un chantier très consommateur en temps qui ne se justifie pas d’un point de vue économique (gain modeste par rapport au temps passé), sauf si on a du temps à perdre (ce qui est encore mon cas vu que je n’ai pas encore démarré). Par contre, se renseigner un minimum est utile, vu les pratiques douteuses des banques, pour ne pas se faire pigeonner.

Utiliser un compte "particulier" "standard" est possible en théorie mais dans la pratique les banques semblent forcer la main sur des offres plus onéreuses qui proposent des services dont tout le monde n'a pas besoin. Par ailleurs, il semblerait qu'elles ne soient pas motivées plus que ça par les comptes des petites entreprises individuelles, pas assez rentables...

Mise à jour (avril 2016)

Bon finalement Compte-Nickel n'accepte pas les entrepreneurs individuels, seuls les auto-entrepreneurs sont acceptés. Ils doivent sortir une offre en 2016.

Je n'ai finalement pas réussi à forcer la main à HelloBank. Tant pis.

Aucune nouvelle de Fiducial après le premier contact. J'insiste en les re-contactant, nouvel échange, bel effort de ma part pour expliquer que je suis un bon client, et au final je me fais jeter comme un chien, mon dossier n'est pas assez bien pour mériter leur intérêt... tant pis pour eux.

Après avoir consulté une seconde banque (Crédit Mutuel Nord Europe), je suis finalement parti avec La Banque Postale. Les débuts sont un peu pénibles, la procédure d'ouverture de compte est, comment dire, légèrement casse-burettes, m'enfin ce n'est qu'un moment pénible à passer.

Dernier point : j'ai fait un benchmark des offres d'expertise comptable en ligne (je ferais un petit article là dessus) et j'ai, notamment, pu constater que les offres entraient dans deux catégories. Ou le tarif est forfaitaire, ou il est corrélé au nombre de mouvements sur le compte bancaire pro. Ayant retenu l'offre de ECL Direct qui est tarifée au volume, je ne vais finalement pas prendre de carte bancaire sur le compte pro : je paye avec ma carte perso et je fais une note de frais mensuelle pour me rembourser depuis le compte pro et je diminue ainsi fortement le nombre de mouvements. Et le coût de mon compte pro (m'enfin là c'est des cacahuètes, c'est vraiment pour le plaisir de finasser).